Un peu d'histoire

Le Cours Lumière a débuté ses activités en 2001 par l’ouverture d’un centre d’initiation scientifique. Ce centre intervenait dans quelques écoles primaires en proposant des manipulations scientifiques selon la méthodologie de « La main à la pâte » développée par le professeur Georges Charpak.

Ce sont les directrices de deux de ces écoles, qui face à la difficulté de trouver des collèges de bons niveaux pour accueillir leurs élèves sortant du CM2, qui ont proposé à Aimée Mino-Matot directrice du centre de créer un collège qui utiliserait des méthodes pédagogiques similaires. Le projet « Cours Lumière » est né de cette attente.

  • Le Collège Cours Lumière, fondé par Mme et Mr Mino-Matot, a donc ouvert ses portes en septembre 2002. Il comptait alors 19 élèves de 6ème et 5ème, répartis pour une partie en programme togolais, pour l’autre en programme français.
  • En septembre 2004, l’établissement ouvre sa section « Lycée programme français » et compte alors 125 élèves.
  • En septembre 2017, soit douze ans plus tard, c’est l’ouverture de l’école élémentaire à l’insistance encore une fois des parents d’élève, avec 63 élèves répartis du CP au CM2 sur un total de 570 élèves dans l’établissement.
  • C’est aussi en cette année scolaire 2017-2018 que l’établissement emménage dans ses nouveaux locaux situés à la lisière des quartiers d’Agbalépédogan et de Klikamé dans le « nouveau centre de Lomé ».
  • En septembre 2018, la section primaire est complétée avec l’ouverture des trois niveaux de l’école maternelle. L’ensemble de l’établissement comptabilise à la rentrée 2018 650 élèves dont 39 en Maternelle, 90 en Elémentaire, 263 au Collège, 258 au Lycée.
  • La rentrée 2018, l’établissement mettra en oeuvre la difficile décision de fermer le programme togolais pour se concentrer sur la qualité de l’enseignement du programme français.

Un projet, des principes, des objectifs

1. A l’origine : une philosophie humaniste et des principes

Nous croyons d’une part que tout homme, quelque soit son origine ethnique ou sociale est en possession de capacités intellectuelles qui peuvent être développées de manière à faire reconnaître sa particularité, que d’autre part la quête des savoirs est une condition nécessaire au développement des qualités humaines nécessaire au bon fonctionnement d’une société (tolérance, autonomie, responsabilité, esprit d’entreprise, etc.).

2. Des objectifs pédagogiques

Le but du projet est de former un citoyen ouvert sur le monde, capable d’aborder et d’agir sur les problématiques spécifiques au Togo, à l’Afrique en général et au monde. Il s’agit de Former de futurs adultes éduqués et responsables, capables de s’insérer et de réussir en Afrique et dans un contexte international de mondialisation en ouvrant à nos élèves des perspectives qui s’étendent au-delà des frontières et de la culture de leur pays d’origine. C’est ce qui explique notre choix du programme français.

Ce but se décline en objectifs généraux qui rejoignent ceux visés par les autres systèmes internationaux d’éducation à savoir :

    • amener tous les élèves à s’approprier des savoirs et à acquérir des compétences qui les rendent aptes à apprendre toute leur vie et à prendre une part active dans la vie économique, sociale et culturelle
    • préparer tous les élèves à être des citoyens responsables, capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures.