Trois ateliers et des présentations de corps de métiers ont retenu l’attention des élèves des classes de première et terminale au premier jour de la semaine de l’orientation. « Que faire avec un bac S ? Quel domaine embrasser après avoir décroché un bac ES ? Quelles réalités recouvrent le métier de médecin ? Qu’en est-il des métiers de la banque ? À ces questions et à d’autres que les apprenants se posent, des professionnels apportent des réponses tout au long de la semaine de l’orientation.

Le métier de médecin

Dr BENISSAN-TETEVI Akouété en présentation des métiers de la médecine

La médecine attire de plus en plus de bacheliers, mais elle a une réputation de parcours difficile pour l’étudiant a d’entrée précisé Dr BENISSAN-TETEVI Akouété, directeur de Clinique Chirurgicale de Lomé. Au cours de sa présentation, le médecin a fait voir aux élèves le parcours qui mène un bachelier au doctorat de médecine. Minimum sept ans. Le passage de la première à la deuxième année est très sélectif. “C’est une course d’endurance” selon lui. Pour l’expliquer, il a donné son exemple. « En première année nous étions plus de trois cents étudiants pour dix places l’année suivante. Après la troisième année, j’ai passé la quatrième en chirurgie générale au Togo, deux années de plus en France avant de me tourner vers la traumatologie pendant cinq ans ». Onze années d’étude pour être le médecin qu’il est devenu.

Dans ses réponses aux questions des élèves, il a partagé ses astuces d’étudiants en médecine, les méthodes qu’il utilisait pour apprendre ses cours, les difficultés qui peuvent surgir et comment les surmonter. La médecine est beaucoup plus de la pratique que théorique, un raisonnement logique et de solides capacités de mémorisation a-t-il fait savoir aux élèves tout en les encourageant à opter pour la médecine s’ils aspirent à devenir médecin. Pour y arriver, il faut être bon en tout. Dans les matières scientifiques dites dures comme dans celles qui amènent à comprendre le monde humain. Pour finir, il a fait comprendre aux élèves qu’en médecine, « ce n’est pas les meilleurs au lycée qui réussissent toujours. il faut être constant dans le travail, organisé et avoir la passion pour l’humain ». Parce que pour Dr BENISSAN-TETEVI Akouété, l’argent n’est pas le plus important, quel que soit le métier. Il faut aimer son travail pour ne pas se fatiguer en l’accomplissant pendant toute une vie.

Les métiers de la banque

Mme THAMSI Sévérine présente les métiers de la banque

Mme THAMSI Sévérine travaille au département de crédit dans une banque. Elle a animé un atelier sur les métiers de la banque à l’adresse les élèves de première 2. Qu’est-ce qu’une banque ? Quels sont les différents métiers et profiles qu’on y rencontre et quelles études faire pour travailler dans une banque ?

Elle a expliqué l’importance d’avoir des envies et des rêves en plus d’une vision de son futur parcours professionnel. Elle a fait voir le caractère très règlementé des activités dans les banques. « La banque est une entreprise qui fait le commerce de l’argent. Elle reçoit l’argent des déposants pour le prêter aux emprunteurs c’est-à-dire ceux qui ont besoin d’argent pour faire tourner leurs activités et qui disposent de suffisamment de garanties pour rembourser leur prêt ». Puisque l’argent est au cœur de toutes les activités et nécessite une attention particulière a-t-elle souligné, on rencontre plusieurs métiers à la banque. Ils sont de deux catégories : les métiers purement bancaires et les parabancaires. Elle a expliqué les différences entre ces deux catégories et donné des exemples : « un chauffeur travaillant à la banque et donc payé par elle n’est pas banquier. De même, un huissier n’est pas un banquier même s’il travaille à la banque. Un chargé de clientèle au sein d’une banque est un banquier même s’il n’est pas en contact direct avec l’argent. Les manipulateurs d’espèces c’est-à-dire les caissiers et caissières par contre sont en contact avec l’argent.

Dans la dernière partie de son intervention, Mme TCHAMSI a donné des exemples de parcours qui aboutissent à des métiers de la banque. Les écoles de commerce, les instituts de formations en banque et finances, l’université, les grandes écoles sont des chemins qui mènent à la banque à condition d’être rigoureux et déterminés dans son choix de parcours. Après la médecine, après les métiers de la banque, les métiers en sciences humaines ont été abordés avec les élèves de la première 3.

Les métiers en sciences humaines : la sociologie

L’orientation vers les métiers en sciences humaines reste le choix de plusieurs bacheliers chaque année. Les élèves de la première 3 ont été entretenus sur le domaine de la sociologie et les possibilités de poursuite des études après le bac. Le diplomate Dr ATSON au cours de sa présentation a expliqué les spécificités et la pluralité des parcours possibles dans les sciences humaines. Pour devenir historien, psychologue ou sociologue, ou encore communicateur, quelle offre de formation choisir et comment y réussir ? Que ce soit à l’université, en passant par les classes préparatoires, ou dans les écoles spécialisées, « Il est important d’aimer le contact, d’avoir une facilité à être avec les gens et d’être porté vers les langues », a-t-il précisé.

Dans les réponses aux questions, le diplomate a fait comprendre aux élèves que le choix d’un parcours doit toujours se faire en fonction de ce qu’ils aiment et des rêves qui les animent tout en prenant en compte leur épanouissement dans leur futur métier.